Raphael Labro

 Display in english


Raphael Labro - Accès à la galerie

Depuis sa naissance en 1956, Raphaël Labro était destiné à être un visionnaire de l’art contemporain. Exposé  depuis son enfance aux oeuvres de peintres d’art moderne comme Picasso, Matisse et Chagall, à l’âge de 16 ans il est accepté à  l’Ecole de Beaux Arts de Nice. Après seulement une année, en 1973 il obtient sa première exposition solo « Photographisme » avec des œuvres créées sur du papier photographique.

Il a  commencé sa carrière professionnelle comme décorateur de scène pour Paloma Picasso et a travaillé pour Roger Planchon et Patrice Chéreau. Découvrant qu’il était attiré par la photographie il s’est fait une renommée en travaillant pour des dessinateurs tels que Kenzo et Jean-Paul Gaultier. Ses œuvres ont paru dans toutes les revues importantes de mode à  Paris, Londres, Hambourg, Los Angeles, Tokyo, Hong Kong et Sydney. D’où le nom sous lequel on le connaît, cet authentique nomade, « le photographe tzigane ».

Bien qu’il gagne sa vie en travaillant comme photographe de mode Raphaël n’oublie jamais son amour de l’expression artistique pure, et il continue à  exposer et créer des oeuvres d’art malgré  son emploi du temps très chargé. La photographie reste son premier véhicule d’expression pendant ses 20 ans de travail dans l’industrie de la mode, tout en abordant de nouveaux terrains en photographie artistique à travers des techniques peu conventionnelles et innovatrices.

Devenu « l’enfant terrible » de la photographie, il pousse les limites technologiques en utilisant des lentilles personnalisées avec des prismes et des miroirs. Ne tenant aucun compte des méthodes traditionnelles, il préfère travailler dans des conditions extrêmes comme tourner  à  la lumière de la pleine lune. Néanmoins, il trouve du soutien chez certaines entreprises devenant l’un des trois photographes à être sponsorisés par AGFA, Gevaert et Apple.

Il a embrassé la révolution numérique des années 90 qui a transformé sa photographie avec une série d’expositions solo «  Ozone #9 », « Visions across the Universe » et « Transmutation » utilisant la photographie et la manipulation informatique.

En 1997, il décide de se concentrer seulement sur l’art, et après quelques années de projets sur Internet il retourne au véhicule traditionnel de la peinture tout en créant occasionnellement des œuvres numériques, de la photographie et de la sculpture en argile, métal et bois. Labro, qui a vécu sur  les 5 continents favorise toujours les couleurs vivaces rappelant les artistes du Midi. De fait, il vit maintenant à  Gozo une petite île en Méditerranée. Ses sujets féminins ont un sens mystique et astral représentant sa vision originale de l’univers. Chaque peinture fait partie d’un univers plus grand créé par l’artiste où la culture Maya interagit avec des symboles chrétiens et religieux, où les temples et les déesses néolithiques maltais rencontrent la mythologie des Pléiades et des créatures venant d’autres dimensions pour nous expliquer comment soigner la Terre.

 A  première vue chaotique,  son œuvre est en réalité une célébration de liberté spirituelle. Ses peintures présentent un monde en état de changement, constamment en mouvement, un monde qui vit et qui respire. Avec son intégration de symboles anciens appariée à  un hyper surréalisme ultra moderne, Labro crée des expressions spontanées et constructives de l’univers indiquant le changement et la renaissance.

Dans sa peinture on trouve toujours une célébration de la vie et une affection profonde pour notre planète Terre. Conscient du besoin de conserver notre planète pour les générations futures, Labro explique : « Les gens d’aujourd’hui ne sont pas branchés sur la même longueur d’ondes que la nature. Il faut reboiser la terre car les arbres sont essentiels à la terre afin d’encourager le cycle de l’eau. »   

Toujours fasciné par le cosmos et sa création, ainsi que par les anciennes civilisations de la terre, dans son œuvre, Labro représente souvent les déesses des temples néolithiques de Malte imprégnées de l’esprit du futur. Ses toutes dernières œuvres portant le titre « GLORIANA» sont riches de formes vibrantes, couleurs et profondeur.

Le titre de sa collection parle d’une renaissance, d’un éveil où le passé rencontre le futur. Et ce futur est maintenant. Les œuvres de cette exposition font preuve de l’esprit poétique de l’artiste. Ici nous remontons dans le temps pour arriver à nos anciennes civilisations et nous nous trouvons dans un futur en éveil.

 C’est cette vive capacité de Labro de communiquer ce message dans la langue universelle de l’art qui lui gagne le droit d’être appelé le « Poète techno/cosmique, le Rimbaud des Arts Visuels ».

 
© Les oeuvres d'Art présentes sur Artabus sont soumises aux dispositions des différentes législations nationales et internationales sur la protection des droits d'auteurs. Toute reproduction ou utilisation des oeuvres de cette galerie est interdite sans autorisation écrite de l'artiste contemporain Raphael Labro.
[ Infos légales | Qui sommes nous | | Calibrage écran | RSS | Administration Salesforce ]