H-Y

 Display in english

Accès rapide :
peintures 2010

H-Y - Accès à la galerie

Née en banlieue parisienne je dessine depuis l’age de 7 ans où mon premier amour a vu le jour : le portrait académique. Viennent ensuite des études d’arts sur Paris de 14 à 20 ans où j’ai forgé ma personnalité picturale à travers plusieurs expérimentations, sur le vivant comme sur la toile.
Je ne conçois pas la peinture comme une simple passion mais  comme un moyen d’expression au travers duquel je tente de libérer  des émotions, des angoisses, des révoltes.
Ainsi je communique,  mes images sont mes paroles et je laisse à chacun la possibilité d’y ressentir ses propres impressions.

H-Y

"On aurait tort de contempler les œuvres d’H-Y comme on soupire devant des icônes : ses toiles ne sont pas de celles que l’on croise dans les musées. Elles sont de celles que l’on toise une fois, sans y prêter trop d’attention ; puis on y revient. ; enfin on s’y arrête.
Que veulent dire ces images, ni tout à fait peintures, ni complètement illustrations, où vont donc ces avatars ? Etrange comme ces œuvres se refusent à la critique, au discours contemporain sur la création – comme si elles s’y dérobaient. C’est que l’artiste se fiche bien des mots qui, de son propre aveu, lui manquent souvent pour qualifier son œuvre. Le mot ici, c’est la couleur. C’est la matière. C’est la forme.
Harmony Descamps ne veut rien dire : elle montre. Sans rien démontrer, elle donne à voir. Se refusant à toute approche conceptuelle, elle opère un retour à l’image radical, à son essence, au désir. Dans une modernité solitaire où toute communication est normalisée, aseptisée, elle rétablit le rapport au corps, à la matière, à la sensualité. Sans souci d’ordre, en toute liberté. Son œuvre n’appelle aucun discours car elle n’interpelle pas notre pensée, mais nos sens ; comme pour nous rappeler qu’eux aussi existent dans un monde qui n’interfère plus que par médiation.
Voici un corps : torturé, traversé de champs contraires, mais terriblement vivant. La couleur nous agresse, intense, furieuse dans ses contrastes – voici le corps empreint de douleur, mais ramené à la vie. Car si volupté il y a, c’est dans la vie qu’elle s’exprime. C’est dans la jouissance que la chair respire, qu’elle soit molle, informe, ou bien au contraire taillée comme à la serpe. Qu’importent les canons : en dehors de tout académisme c’est la vision seule de l’artiste qui prime.
Alors tout explose, même le style : on cherchera en vain toute unité dans un travail où c’est le sujet en lui-même qui s’impose. A chaque projet sa nouvelle problématique ; ici, la patte de l’artiste, c’est son effacement. Bien souvent à partir de photographies en noir et blanc la peintre manipule, déconstruit, remodèle, enfin colorie : car c’est avant tout une coloriste. Et le glacis tombe : la vérité nue apparaît, frappante et évidente, sous une palette éclectique qui nous renvoie à notre propre regard.
On aurait tort de contempler les œuvres d’H-Y.
Ce sont elles qui nous contemplent".

Pierre Danatem, La Loco Paris mars 2006.
 
 
Expositions
_ La Loco, Paris, mars 2006.
-Le marché aux peintres, Puteaux; octobre 2006, aout 2007

 
© Les oeuvres d'Art présentes sur Artabus sont soumises aux dispositions des différentes législations nationales et internationales sur la protection des droits d'auteurs. Toute reproduction ou utilisation des oeuvres de cette galerie est interdite sans autorisation écrite de l'artiste contemporain H-Y.
[ Infos légales | Qui sommes nous | | Calibrage écran | RSS | Administration Salesforce ]