Colette Cotte

 Display in english

Accès rapide :
spectacle
portraits
chevaux
imagination
nus
Mythologie
Allégories

Interview de Colette Cotte

Peintre de l'imaginaire
.:: Compositions
Voici le premier document, représentant ma vision sur l’actualité du moment; "Clônes" est le nom de ce tableau.
Au premier plan deux clônes visiblement bien constitués, à côté la mère donneuse de cellules, apparemment sans état d’âme particulier.
Au fond à droite, barbus et respectables, ils représentent la toute puissante société qui juge, tranche, condamne, ou glorifie. Le chat, immobile, hiératique, indifférent, sa seule pensée s’il en a une c’est : laissons faire la nature.

Artabus : Comment vous est venu ce désir de peindre?

C.C. : Dessiner a toujours été pour moi plus qu'un passe-temps.
C'est surtout en pension, souffrant de solitude et du désir de m'évader que cette passion pour le dessin et la peinture m'est venue...

Artabus : Vous êtes vous très vite consacrée à cette activité?

C.C. : Après bien des errances, des hésitations, "peintre , dessinateur, n'est pas une profession" me disait-on, et je ne demandais qu'à les croire, ayant à cette époque, si peu confiance en moi et dans la vie en général d'ailleurs, j'ai réussi quand même à me faire une petite place dans le monde de l'édition.

Artabus : Avez-vous trouvé votre voie dans l'édition?

C.C. : Là, beaucoup trop de contraintes... "il faut que ça se vende", était le maître-mot... j'ai eu assez vite l'envie d'aller voir ailleurs, j'aspirais comme toujours à plus de liberté.
Et ce faisant, j'ai pu enfin donner libre cours à mon désir de créer, sans avoir à en rendre compte à quiconque et sans l'obligation de plaire à tout prix !...

.:: Compositions
Deuxième tableau : Arbre de vie, évolution : Une femme, deux jambes dressées, telles les branches d’un arbre exprime l’innextricable et indispensable complémentarité. Entre l’animal et le végétal.
A droite, revêtue d’un poisson une autre femme témoigne de son appartenance à la longue chaîne de l’évolution, à gauche, tel Candide, une troisième fait acte de soumission aux lois de la nature.
Au dessus l’ange annonciateur de la maternité, tout en haut, ailes largement déployées, l’aigle annonce le triomphe de la vie !

Artabus : Aviez-vous gardé certaines contraintes?

C.C. : Oui mon principal souci, c'était une bonne conservation des oeuvres, par le choix de supports insensibles aux déformations ou aux variations hygromètriques de l'air. Même démarche dans le choix des couleurs, elles doivent être solides à la lumière et résister aux méfaits du temps, de même qu'il faut éviter l'abus de siccatifs qui favorise l'apparition des craquelures etc... Je me suis inspirée du livre de Xavier de Langlais "La technique de la peinture à l'huile"

Artabus : Quels sont vos peintres préféres?

C.C. : Je les aime presque tous, à chacun je trouve charme et intérêt avec une préférence pour Balthus et Bonnard. Dans tous les cas je préfère les figuratifs, l'abstrait me rebute parfois!... Je n'y suis pas à l'aise...

Artabus : Pouvez-vous me parler de vos succès?

C.C. : Mes succès, ils ont commencés relativement tôt, si l'on peut dire, avec une "expo perso" dans le grand hall du lycée longchamp à Marseille.
Mes autres succès ont été, pour moi, les chaleureux encouragements de personnalités du monde de l'édition comme Michel Politzer, François Ruy Vidal etc...

Artabus : Quelles ont été vos principales expositions ?

C.C. : La première exposition a eu lieu en plein Paris chez un imprimeur, Maulde et Renou, le succès était là, mais mes tableaux n'étaient pas encore à vendre.

.:: Compositions
Emergeance de la vie, ce tableau, profusion de lignes et de couleurs glorifie la naissance d’un enfant de même que l’épanouissement de l'intelligence, de la science d’une meilleure connaissance et compréhension du monde environnant Soleil et lune sont de la partie ,restent toutefois mille yeux intérrogateurs sur : Pourquoi cette merveilleuse et inexplicable intelligence de la nature et de la vie?

Les expositions suivantes, collectives, cette fois-ci, ont eu lieu dans ma petite ville.
Là mes tableaux ne semblaient guère à leur place, au milieu de tous ces paysages et bouquets de fleurs. Les avis étaient d'ailleurs assez contrastés, si l'on aime c'est avec enthousiasme, si l'on n'aime pas, on ne dit rien, on dit seulement que l'on préfèrerait quelquechose ressemblant à du déjà vu, ou plutôt que d'autres ont déjà admiré... Mais là, je demande pardon, car je suis sans doute un peu mauvaise langue !... Quoiqu'il en soit, difficile de n'être que soi-même!

Artabus : Quelles sont vos sources d'inspiration?

C.C. : N'importe lesquelles, la vie, mes interrogations à son sujet, mes enthousiasmes, mes peurs, des images qui m'interpellent, tout peut devenir source d'inspiration dans notre environnement, jai cependant une préférence pour la représentation du vivant.

Artabus : En définitive savez-vous pourquoi vous gardez toujours cette envie de peindre?

C.C. : Pour moi peindre, c'est plus une quête, une sorte de nécessité vitale, plus ou moins consciente, difficilement avouée, d'un besoin d'amour et d'humanité partagés.

 
© Les oeuvres d'Art présentes sur Artabus sont soumises aux dispositions des différentes législations nationales et internationales sur la protection des droits d'auteurs. Toute reproduction ou utilisation des oeuvres de cette galerie est interdite sans autorisation écrite de l'artiste contemporain Colette Cotte.
[ Infos légales | Qui sommes nous | | Calibrage écran | RSS | Administration Salesforce ]