Claude Delmas

 Display in english


Claude Delmas - Accès à la galerie

Photographe amateur passionné pour les macros naturelles abstraites. Je présente des images originales où je recherche esthétique et message...

Mes modèles sont des torrents d'eau vive et j'essaie de les "peindre" à l'aide de mon numérique comme le ferait sans doute un artiste peintre.

J'ajoute poésie et romantisme à la fois en prise de vue et dans le rendu.

Je souhaite que le spectateur s'implique dans mon message et y ajoute le sien. 

 



         " …jusqu'à lire dans ses pensées…" était le titre que j'avais choisi pour illustrer ce masque de verre et, aujourd'hui, je vous invite à lire dans les miennes à travers ce qui suit mais également par l'interprétation que vous ferez de mes œuvres.

Je me suis intéressé à la photo comme une grande partie de la population de nos jours où la technologie donne facilement accès au plus complexe.

Je n'ai aucune connaissance de base et n'ai "subi" aucune formation. Aussi, je ne me risquerai pas à parler de techniques que je ne maîtrise pas. Je marche à l'instinct, de façon empirique, j'y passe du temps mais comme je m'attache plus à la valeur artistique qu'à la valeur purement technique, ça me convient… Enfin, je veux dire que je m'en contente! Bien sûr, j'aimerais avoir le talent et le savoir de tel ou tel… mais je reste humble face à ces "maîtres" qui conservent toute mon admiration.

En dehors des photos traditionnelles, je me suis penché très vite sur la "macro". Outre qu'elle permet des résultats originaux qui n'apparaîtraient pas "à l'œil nu", elle incite à faire une pause, à s'arrêter sur son chemin, à observer au lieu de courir: "ne pas passer à côté" de beautés naturelles, spirituelles ou sentimentales si on a la chance de les croiser…

J'ai donc commencé par des macros en forêt ou dans les champs: j'en tirais des moments de bonheur et je recherchais toujours à transformer du naturel en abstraction mais avec une idée préconçue à chaque fois. Pas l'abstrait pour lui-même mais pour écrire un message, une pensée, une réflexion… pour me parler, à moi-même, et si possible à ceux qui voudraient bien échanger avec moi. Il me semblait que l'abstrait procurait plus d'émotions que le figuratif et en tout cas incitait à entrer dans l'œuvre, à la saisir, à la commenter et parfois à se l'accaparer à travers la traduction intime et personnelle que l'on pouvait en faire. L'artiste y traduit sa propre sensibilité, le spectateur y pose ses propres émotions.

Ce jeu de transmission de la pensée artistique entre l'auteur et le spectateur m'intéresse car ce dernier, plus sollicité, s'implique davantage dans la démarche. Il devient acteur et se met lui aussi en scène à travers son imaginaire.

De plus, l'abstrait conduit souvent au rêve, à la divagation de l'esprit et interpelle les profondeurs de l'être, intellectuellement ou spirituellement.

Le souhait de tout artiste, je l'espère, est de laisser derrière lui mais surtout derrière chacune de ses œuvres, une réaction émotionnelle, un sentiment de bonheur, de critique parfois, mais laisser quelque chose… J'ai souvent en mémoire le célèbre poème de Simone Veil, "Il restera de toi"…. Sans employer le futur ni se placer dans le contexte d'une disparition ou d'une interruption, il me plaît à penser qu'il reste au moins un soupçon d'émotion à un maximum de visiteurs qui auront parcouru mon site ou mon portfolio, une récompense à cette offrande que nous faisons tous à notre public…

"Il restera de toi 
ce que tu as donné.

Au lieu de le garder dans des coffres rouillés…"
Simone Veil

Je reviens à mes penchants pervers pour l'interprétation du détail naturel et à mes balades en forêt. J'ai vite réalisé que ce type de macros n'était pas assez sportif! Trop statique et donc avec des résultats prévisibles, sans aléas! C'est alors que j'ai pensé à de l'eau remuante et capricieuse, une matière qui serait rebelle et ne me laisserait pas l'initiative totale du résultat final. Il faudrait compter avec Elle!

Un symbole s'est tout de suite présenté à mon esprit: cette eau que je voyais courir et miroiter sous mes yeux était la traduction physique, vivante, d'une recherche plus intime sur l'univers, la place de la terre dans celui-ci, de l'homme sur celle-ci (et dans celui-là!); sur l'infiniment petit et l'infiniment grand; sur la molécule d'eau que je capte et sa signification; sur la circulation de l'énergie entre les êtres vivants quels qu'ils soient; sur nos relations avec les éléments et la matière; sur le "Tout" dont nous faisons partie mais qui est également en nous…

"La goutte d'eau sait peut-être qu'elle est dans l'océan
mais sait-elle aussi que l'océan est en elle?"
Dicton oriental

Et donc, je me suis imaginé que cet élément observé dans les ruisseaux ou torrents de ma région pouvait devenir le "fil conducteur" entre le ciel et la terre, le divin (ou le cosmique selon chacun) et l'humain, l'impalpable et le concret.

Les reflets pour ce qui vient du dessus, la transparence pour ce qui vient du dessous, le tout agité et transformé par les facéties du courant, par la lumière naturelle réfléchie ou réfractée sans oublier l'ombre complice sur laquelle j'essaie de jouer pour faire émerger d'autant plus mes "objets" et créer des ambiances.

L'outil pour saisir l'instant était bien sûr le bridge Olympus, léger et maniable, que je possédais (en attendant mieux). Il servirait de "pinceau" pour "peindre" les "toiles" que je mettais en scène avec mon esprit, selon ma sensibilité du moment… et l'humeur de ma partenaire!

Au delà de ce que je suis en train de développer, il va de soi que la forme que je recherche est avant tout esthétique: un message serait illisible s'il était présenté de façon désagréable. Et donc, je m'attache à proposer des clichés harmonieux à l'œil tout en véhiculant "quelque chose" pour votre plaisir et le respect que je vous dois. Le schéma de ma pensée demeure mais j'y ajoute au fil de mes expériences la sensualité nécessaire comme vecteur artistique.

Je voudrais souligner ici combien sont dérisoires et superficiels les sous-titres que je me suis amusé à placer en face de chaque photo. Il s'agit d'un simple clin d'œil, plus ou moins heureux, un trait d'humour parfois: l'essentiel n'est surtout pas là, d'autant que chacun pourra trouver dans ces abstractions bien d'autres ressemblances. Soyons bien conscients qu'il s'agit là "d'un premier degré".

Venons-en à mon territoire de prédilection: les ruisseaux, les torrents! Bien évidemment, chacun d'eux a son caractère, son "physique", son débit et son éclairage, son environnement et ses matériaux... de plus, il varie intinsèquement selon les saisons, l'heure du jour, etc…

La procédure de contact est maintenant bien établie! J'arrive humblement, respectueusement, sur un site et j'observe:

"Un homme regarde le ruisseau.
Le ruisseau lui répond."

Je m'approche de cette Eau, je choisis un premier endroit où je la teste, Elle me teste!… le début est toujours, vraiment toujours, calamiteux! C'est nul, je m'y prends mal! "Elle" fait exprès de me contrarier, de se tordre dans tous les sens au moment où je trouve une faille! Ne pas craquer! Ca va venir! Suspense entretenu par les mouvements désordonnés de l'une et la fébrilité de l'autre! Et en effet, au bout d'une bonne dizaine de minutes, à force de caresses du numérique, de préliminaires indispensables (!), les vibrations commencent, l'excitation monte dès que les premières vues de contrôle sont (presque) réussies, la délivrance, la jouissance n'est pas loin et se produira tôt ou tard, maintenant je le sais!

Et elle se produit, deux, trois, quatre "shoot" réussis… le "mystère" est percé! Lorsque ça fonctionne, on savoure, on se délecte, on ne changerait plus l'angle et le réglage tellement l'osmose se maintient, est nouée, s'accroche… La sélection ultérieure n'en sera que plus difficile mais il est maintenant certain qu'une prise au moins va me convenir!

Au début de nos relations (!), le scénario se reproduisait à l'identique pendant le laps de temps que je consacrais au même ruisseau. Peu à peu je suis arrivé à mieux maîtriser, à construire, à concevoir, à dominer et non plus subir. J'arrive, imperceptiblement, délicatement, à orienter le "pinceau" pour n'appuyer qu'à coup sûr (presque!)… Oh! ça ne réussit pas à chaque fois mais le plaisir de composer soi-même une vue alors que le sujet est mobile, frémissant et capricieux, n'en est que plus intense!

Mon avenir (photographique)? Continuer mes découvertes dans ce cadre magique quelque peu irrationnel! Me perfectionner dans mes comportements à l'aide du "reflex" récemment acquis. Et surtout, surtout, apporter toujours plus de sensations à ceux qui sont sensibles à ma proposition artistique.

Ajoutons peut-être une pensée moins futile que le plaisir des sens… Espérons, pour l'humanité, que nos ruisseaux ne se tariront pas malgré la folie de "certains" (et de nous tous!) et qu'ils continueront à relier le sommet de nos montagnes aux océans les plus profonds: ce sera le signe que notre planète est en train d'être sauvée à travers ce symbole de vie que représente l'Eau.

Bonne visite! Que ces modestes clichés vous procurent autant de plaisir que celui que j'ai eu à vous les présenter…



…de passion et d'eau vive…


Eau de vie que je caresse,
Je te bois jusqu'à l'ivresse.
Je me noie entre tes vagues,
Bientôt mon âme en divague.

Mon âme amie éperdument,
Vague à l'âme tout simplement.
Folle passion je te donne,
Sous mes mains tu t'abandonnes.

Ressemblances? Très vaguement,
Car je te peins abstraitement.
Mais ces balades au fil de l'eau
Souvent me transportent au plus haut.

J'écris de vagues traits d'esprit,
Mais toi pour longtemps tu m'as pris.
Mon Eau, je t'appelle ma mie,
Auprès de toi je vis ma vie.

                           c.d.

Calme et agitation de l'eau se reflètent dans mon esprit... cd

J'ai longtemps cru qu'une vie intérieure intense me dispensait de communiquer au delà du strict convenable. J'ai découvert qu'il me restait encore beaucoup de place disponible pour écouter. Depuis, je fais preuve de plus d'humilité: ceux que j'ai entendu étaient souvent bien plus riches que moi. cd

Souvent un regard procure plus d'émotion qu'une longue conversation. cd

Une lumière brille au fond des yeux? Pour le savoir regardons-nous... cd

A 50 ans, on est sûr d'avoir fait la moitié du chemin. Coupe les moteurs, on s'entendra mieux! cd

Le plaisir, la fusion de deux corps,
L'amour, la rencontre de deux coeurs,
Le paradis, le contact de deux âmes.
cd

A l'attention de ceux qui me l'ont demandé... je suis de sexe masculin (!),  j'ai une formation scientifique et plusieurs dizaines d'année d'ingénierie à mon actif... Ca n'aide peut-être pas trop pour la sensibilité artistique???

 
© Les oeuvres d'Art présentes sur Artabus sont soumises aux dispositions des différentes législations nationales et internationales sur la protection des droits d'auteurs. Toute reproduction ou utilisation des oeuvres de cette galerie est interdite sans autorisation écrite de l'artiste contemporain Claude Delmas.
[ Infos légales | Qui sommes nous | | Calibrage écran | RSS | Administration Salesforce ]